Laissez vos commentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Fauteuil Emmanuelle : érotique ou exotique ?

Monumental, sculptural, souple et résistant… Qui n’a jamais entendu parler de ce mythique fauteuil en rotin ? Nous sommes au début des années 70, l’érotisme commence à battre son plein, au lendemain de Mai 68 et de tous les mouvements féministes. 

Nous sommes en juin 1974 lorsque Emmanelle sort dans les salles de cinéma. Ce film érotique français est probablement l’un des plus connus (en France, mais pas seulement) : c’est en quelques sortes LA référence de ce 7e art sulfureux. Avec Sylvia Kristel qui interprète ce fameux rôle d’Emmanuelle, c’est l’un des films français qui a contribué à la libération des mœurs et qui a rencontré le plus gros succès, avec 9 millions de spectateurs, et près de 45 millions à travers le monde entier !

fauteuil emmanuelle

Concentrez-vous sur l’arrière plan : vous y distinguerez un fauteuil Emmanuelle !

Inconnue néerlandaise de 22 ans, Sylvia Kristel est alors mannequin quand on lui propose le tournage. Cela lui aura apporté une notoriété internationale, et elle est par la suite retenue comme l’icône du cinéma érotique. Son personnage aura donné son nom au fauteuil en rotin (qui, soit dit en passant, deviendra le fantasme des amateurs de films de ce genre).

Si la première affiche du film représentait une pomme, les suivantes montrent Emmanuelle dans « le » célèbre fauteuil en rotin, en fait des fauteuils du même type mais différents.

En réalité, sa popularité date depuis bien plus longtemps que ça : dès la fin du XIXe siècle, il était partie intégrante du mobilier simple et léger qui ornait les maisons bourgeoises. Tout droit venu d’Asie, il s’alliait aux lignes courbes du style Napoléon III.

Pendant la période de l’entre-deux-guerres, ce fauteuil et tout le mobilier en rotin qui en découle était surtout réservé aux jardins, terrasses et balcons. Cependant, des années 1930 à 50, il est remplacé par le plastique, qui apparaît dans les intérieurs, et se développe énormément. Ce n’est que dans les années 60 que le rotin refait son apparition : remis au goût du jour par le cinéma, notamment dans  « La Garçonnière (1960), « Les tribulations d’un Chinois en Chine » (1965), « Le pacha » (1968) ou encore « L’aventure c’est l’aventure » (1972).

Et voilà ! Vous en connaissez désormais un peu plus sur l’origine de cette mythique assise appelée Fauteuils Emmanuelle. Juste dessous, vous pourrez écouter une interview de Sylvia Kristel, et on a un petit secret pour vous… Un fauteuil de la sorte est disponible sur notre site Les Vieilles Choses !

Tags : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *