Laissez vos commentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Interview de Anne et Dominique des Chi(n)euses

Amies dans la vie comme dans le travail, Anne et Dominique sont les fondatrices des Chi(n)euses. En plus de leur boutique située au 7 rue Bernard à Paris, elles mettent également en ligne de nombreuses annonces actualisées de leurs différentes trouvailles en vente. Deux femmes dynamiques et passionnées, adorant chiner !

header FACE BOOK CHINEUSES copiePouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Il y a bon nombre d’années, nos métiers respectifs dans la communication, graphiste pour Dominique et conceptrice-rédactrice-journaliste d’entreprise pour Anne, nous ont fait nous rencontrer. Toutes deux free-lance, nous avons fait équipe sur le terrain de la communication. Outre la complicité professionnelle immédiate, nous avons découvert très vite que nous partagions de nombreuses affinités et passions communes : la culture en général (théâtre, cinéma, danse, etc.), l’art contemporain en particulier, le goût des voyages et de la chine (bien sûr !). Bref, une forte et solide amitié est née et s’est ancrée.

Avec la cinquantaine, l’urgence de se consacrer à ce que nous aimions vraiment est devenue une priorité, et l’envie de tenter cette nouvelle aventure ensemble était tout aussi évidente. Alors, d’expositions de peintres contemporains dont nous suivons le travail à des ventes éphémères de mobilier et décoration vintage, nous avons franchi le cap . Un vendredi 13 (oct 2013), (même pas peur de ces “13” cumulatifs…), nous avons signé le bail commercial de cette charmante petite boutique du quartier Faidherbe à Paris 11ème. Une bonne fée nous l’a mise sur notre chemin, comme un signe du destin…

Votre passion du Vintage, ca a commencé comment ?

Pour Dominique : des parents chineurs et collectionneurs qui, très tôt, lui ont donné le goût de la “trouvaille”. Puis, de longues années à côtoyer des décorateurs de théâtre toujours en quête d’un élément de décor. Et aussi, une grande maison à meubler avec peu de moyens financiers ont aiguisé son sens de la chine sur le terrain et l’ont orientée vers le vintage, particulièrement les années 1950, par goût esthétique.

Pour Anne : une attirance spontanée, qui s’est révélée alors qu’elle était étudiante, pour les brocantes, les Emmaüs, les trottoirs encombrés par les meubles et objets des appartements débarassés, pour y dénicher des livres anciens de ses auteurs favoris, des fauteuils club, des lampes Art Déco, des bridges années 50-60, des meubles de cuisine de la même époque pour se meubler. Elle se souvient de cette fois où, en face de la gare de l’Est, elle a récupéré du mobilier “vintage” (le mot alors n’existait pas !) d’un hôtel qui jetait tout dans le cadre de sa réfection. Dans sa famille, on a fini par intégrer qu’il ne fallait rien jeter avant qu’Anne le voie, sans bien comprendre ce qui pouvait bien lui plaire dans ces “vieilleries”…

Les Chi(n)euses

Anne et Dominique, les Chi(n)euses

Quelles sont vos actualités, vos activités du moment ?

Chiner, chiner, encore chiner et toujours chiner ! Pour trouver du beau et de l’original à des prix non spéculatifs (notre leitmotiv permanent) pour achalander notre boutique parisienne dans le 11ème et notre boutique en ligne, dans tous les registres : de la lampe au lampadaire (on adore les éclairages de cette époque !), des porte-manteaux aux miroirs pour tous les goûts, des petits meubles d’appoint et étagères (très demandés) aux enfilades scandinaves (aussi très recherchées), des chaises aux fauteuils, des globes terrestres aux céramiques, etc.

Notre plus grand bonheur est d’entendre visiteurs et clients de notre boutique dire : “elle est géniale votre boutique, on s’y sent bien et vous avez de super beaux objets, à des prix tout à fait accessibles”.

Les Chi(n)euses-Ambiance Boutique 1

Il nous faut également promouvoir nos services de dépôt-vente pour les particuliers qui ont des merveilles vintage à nous confier ainsi que nos Cartes Cadeaux à offrir et nos listes cadeaux à ouvrir.

Une spécialité ? Une époque ? Un style favori ?

Les années 50 et 60, la variété des formes et des matières (formica, skaï, teck, rotin…), la couleur ainsi que cette talentueuse alliance entre la fonctionnalité des objets/mobilier et leurs qualités esthétiques. 

Quelle a été votre plus belle trouvaille ? Et celle que vous aimeriez dénicher ? Pourquoi ?

Lorsque nous regardons les photos de toutes les trouvailles que nous avons dénichées depuis 2 ans, à titre professionnel, on re-découvre un certain nombre de jolies pièces, notamment dans le registre des luminaires (une passion qui tourne à “l’obsession” !) et des assises (fauteuils et chaises).

Concernant les plus récentes ou les plus emblématiques, citons par exemple le lustre Spoutnik, le fauteuil pivotant en bois avec pied en chrome dégoté dans un vide-grenier, le fauteuil américain en skaï noir et rouge (cf photo ci-dessous).

Les Chi(n)euses-Fauteuil skaï américain

Nous n’avons pas de trouvaille “de rêve” ou alors nous en avons trop… Lorsque nous partons en “chine”, c’est l’esprit totalement ouvert et l’oeil particulièrement aux aguets pour repérer au plus vite la pièce que nous imaginons dans notre boutique et qui fera le bonheur d’un client amoureux de vintage. 

Le vintage semble être devenu une véritable mode et s’impose dans tous les domaines comme une véritable tendance de fond. Selon vous, qu’est ce qui pousse les gens à s’offrir une pièce vintage?

Cette époque fut très créative en matière de design, dans des styles très différents aussi. Mobilier et objets sont le plus souvent de belle facture, faits pour durer. Contrairement à notre société actuelle qui produit beaucoup de “prêt à consommer-très vite à jeter” ou de prêt à monter, fonctionnel et uniforme, sans originalité.

Pour certains amateurs, le vintage fait écho à leur enfance, maison des parents ou des grands-parents, en véhiculant une sensation de sérénité, et peut-être inconsciemment une croyance en un avenir forcément prometteur… Pour d’autres, qui n’ont pas ces repères, notamment une clientèle beaucoup plus jeune ou qui n’a pas grandi dans ce genre d’univers, c’est l’attirance pour des objets, du mobilier, hors consommation de masse, à travers lesquels ils expriment leur personnalité et leur goût pour un design plus gai, plus créatif, plus confortable et globalement plus beau que ce qu’ils trouvent dans les grandes enseignes de fabrication en série. 

Les Chi(n)euses-Bridges

Les Chi(n)euses, c’est une boutique à Paris mais aussi un site internet. Pourquoi avez-vous choisi d’être autant présentes sur le web?

Avoir une boutique en plein cœur de Paris, et notamment dans ce 11ème arrondissement, constitue un atout formidable pour se faire connaître des amateurs de vintage. Elle ouvre également des opportunités de rencontres et d’échanges d’une grande richesse. Et notre service de dépôt-vente ne pouvait fonctionner qu’en ayant pignon sur rue.

Le site internet, quant à lui, est indispensable pour gagner en visibilité, au niveau national voire international. Il nous permet de présenter une vitrine complète de ce que nous offrons en boutique à tous les amoureux de vintage, de France et d’ailleurs. Et même la clientèle parisienne apprécie son existence pour y découvrir les nouveautés arrivées en boutique, pour vérifier les dimensions d’un meuble, pour montrer à son entourage la photo d’un objet ou d’un meuble repérés en boutique avant de se décider à son acquisition.

Notre choix d’être présentes sur le site des Vieilles Choses participe de cette même volonté de nous faire connaître, de partager notre passion du design vintage avec d’autres professionnels animés par ces mêmes affinités.

Retrouvez les trouvailles de Dominique et Anne sur les Vieilles Choses depuis leur page boutique!

Crédits Photo : © Les Chi(n)euses

Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *