2 Comentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Interview d’Isabelle de V comme Vintage

Isabelle est la fondatrice de V comme Vintage, une brocante en ligne spécialisée en mobilier et objets de décoration des années 50, 60 et 70. Chineuse passionnée, elle aime partager l’histoire de chacun des objets qu’elle propose dans sa boutique, comme pour mieux préserver leur âme et leur redonner vie. Ainsi, chacune de ses annonces est un charmant voyage dans le temps. C’est aussi une personne extrêmement sympathique. Sa passion est communicative et c’est avec plaisir que nous initions avec elle la rubrique Passion Vintage, dédiée aux portraits de passionnés et ambassadeurs de la culture vintage. Isabelle s’est prêtée très gentiment au jeu de l’interview.

Peux-tu te présenter en quelques mots?

PortraitIH« Après des études en histoire et histoire de l’art, j’ai bifurqué vers le spectacle vivant, où j’ai travaillé pendant quinze ans à la rencontre des oeuvres et du public. c’est cette transmission, ce partage qui m’ont toujours animée et m’animent encore aujourd’hui ! Il y a 5 ans, j’ai commencé à chiner et à me passionner pour les Trente Glorieuses. Objets du quotidien, mobilier, architectes d’intérieur, l’histoire, les formes, les matières et les couleurs m’intéressaient et je me suis mise à collectionner… Et comme cette envie de partage ne m’a jamais lâchée, j’ai créé un blog pour mettre en commun ces trouvailles. C’est comme ça que tout a commencé !
Bon, sinon, j’ai aussi un chéri merveilleux et deux têtes blondes !… »

 

Ta passion du vintage, ça a commencé comment?

« Elle est née d’une première collection commencée il y a 6 ans : les lampes veilleuses Vallauris. Elles représentaient pour moi tout un symbole, celui d’une période d’accès au bonheur, de grandes espérances, de vacances pour tous… J’en ai eu une cinquantaine, de toutes formes, couleurs… et puis j’ai collectionné les lampadaires, surtout ceux des années 60, plein de couleurs. J’ai remis le nez dans les livres d’histoire, de la reconstruction notamment, de l’expo universelle de Bruxelles… les formes, les ambiances ne m’ont plus quittée. »

Quelles sont tes activités du moment?P1150262

« Je suis toujours à l’affût de trouver une belle pièce, c’est une chasse aux trésors permanente ! un peu comme un pirate qui parcourt les mers et les continents à la recherche de l’ile au trésor et de son fabuleux coffre. et je passe aussi beaucoup de temps à restaurer les meubles que je trouve parfois abîmés et qui méritent une nouvelle vie ! »

Une époque? un style favori?

« Les années 50, bois clairs et pieds compas. La simplicité des formes, leur élégance. Le modernisme. »

Quelle a été ta plus belle trouvaille? … et celle que tu aimerais dénicher? Pourquoi?

« Un jour de brocante non loin de chez moi, sortie en famille vers 11h… Autant dire qu’on n’espérait pas trouver grand chose… d’autant que la brocante ressemblait à une braderie commerciale avec du neuf partout… Dépités, nous allions faire demi-tour, mais la persévérance, la curiosité et l’instinct du chasseur de trésors nous a poussé à l’exhaustivité… Et nous sommes tombés sur un très beau vase de Roger Capron, perdu au milieu d’un stand de bibelots… Ho joie, bonheur !
En ce moment, je cherche des affiches publicitaires d’Air France, des années 50-60. J’adore leur graphisme et l’idée du voyage extraordinaire, du rêve d’alors de pouvoir aller partout dans le monde. Le voyage de l’époque était beaucoup plus hors du commun, rare, exotique… »

NDR : Roger Capron était un céramiste français installé à Vallauris. Dans les années 50, il créa de nombreux modèles de vases, pichets, carafes, pieds de lampe, coupes qui sont vendues dans le monde entier. Ses créations sont récompensées à plusieurs reprises. Dans les années 60, il se consacra aux carreaux décoratifs puis vers la fin de sa vie à la création de pièces uniques.

Le vintage semble intéresser de plus en plus de monde et s’impose dans tous les domaines comme une véritable tendance de fond. Selon toi, qu’est ce qui pousse les gens à s’offrir une pièce vintage?

« C’est un peu la « Madeleine de Proust » de notre génération : redécouvrir les ambiances et univers de nos parents et grands-parents, retrouver la tasse dans laquelle on buvait notre chocolat chaud ou s’assoir dans le fauteuil sur lequel on a été bercé. Ca, c’est très personnel… Mais il y a aussi, un regard nostalgique sur cette période où les utopies avaient encore un sens, où les rêves ambitieux pouvaient devenir réalité… Cette période qui ne connaissait pas encore la crise !… Enfin, les couleurs et formes éditées dans les années 50 à 70 sont très chaleureuses, réconfortantes, lumineuses et fonctionnent aussi bien qu’une cure de vitamines ! »

Vcommevintage

V comme Vintage est une brocante en ligne. Pourquoi as tu choisi de vendre sur Internet?

« Avoir une boutique sur Internet, c’est comme avoir une boutique dans chaque ville de France et d’ailleurs ! Je n’ai pas à choisir un lieu, je peux être partout ! Et puis, cela correspondait aussi à ma manière de faire du shopping : beaucoup devant l’ordinateur… enfin, cela me garanti une très grande liberté : je peux partir à la chasse aux trésors quand je veux, je ne suis pas tenue de tenir le magasin !… Je mets en vente mes articles dans la nuit ou le dimanche… Tout est très souple ! et ma liberté réside aussi dans le ton dont j’use pour présenter mes objets. Il y a une belle proximité avec mon public. Cela peut sembler paradoxal, mais cette complicité dépasse largement la distance. »

logo V comme VintageLes trouvailles d’Isabelle sont sur le site Les Vieilles Choses. Vous pouvez également la retrouver sur son site marchand V Comme Vintage et pour les Lorrains à son showroom (sur rdv) ou à L’entrepôt Vintage situé à Toul.

Vous pouvez la joindre depuis sa page boutique sur Les Vieilles Choses.

Tags : , , , , ,

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *