Laissez vos commentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

La machine à écrire, l’ancêtre de nos ordinateurs

Si aujourd’hui, il est commun de taper sur son clavier d’ordinateur ou d’écrire sur son smartphone, ce n’était pas le cas il y a 50 ans. En effet, l’objet qui permettait d’écrire avec des caractères imprimés à cette époque était la machine à écrire. Cet objet culte a connu de nombreuses évolutions, alors revenons sur son histoire !

La création des premières machines à écrire

Machine à écrire vintage

Dès 1714, un premier brevet a été déposé pour la machine à écrire par Henry Mill. Il s’agit d’un premier modèle qui fonctionnait sans électricité et uniquement à l’aide d’engrenages, de vis ou encore de ressorts. Au fil des années, la machine à écrire et son procédé ont progressivement évolué. D’abord mécanique, la machine à écrire est ensuite devenue électrique puis même électronique.

La première machine mécanique commercialisée a été mise au point par Rasmus Malling-Hansen en 1870. Nommée The Writing Ball ou Boule à écrire en français, cette machine a gagné de nombreux prix dans les années 1870 pour son ergonomie et son design particulier. Toutefois, à la fin du XIXe siècle, la fabrication artisanale de cette Boule à écrire a rapidement été supplantée par la fabrication industrielle d’autres machines.

Prenons par exemple le cas de la machine à écrire Sholes et Glidden qui a été produite en série, elle est la première machine à écrire ayant connu un succès commercial. Et grâce à ce succès, les premiers cours de dactylographie ont vu le jour.

En France, la machine à écrire arrive tout droit importée des Etats-Unis vers 1883 et les dactylographes s’imposent par la même occasion au sein des administrations. Mais c’est aussi en France et plus largement en Europe que la société française Japy réussit son lancement de machines à écrire en série et devient l’une des références en matière de machines.

L’avènement de la machine à écrire électrique

Jusqu’au début du XXe siècle, les machines à écrire mécaniques sont constamment améliorées avec par exemple l’invention de la machine portable en 1877. Mais il faut attendre 1914 pour voir apparaître la première machine à écrire électrique inventée par l’Américain James Fred Smathers. A partir du moment où la machine à écrire électrique a été conçue, de nombreuses innovations vont voir le jour sur le marché. L’une des plus cultes est la petite machine à écrire portable « Hermes-Baby » fabriquée en 1935 par Paillard-Bolex. Pour l’anecdote, elle a beaucoup été utilisée par des auteurs comme Ernest Hemingway, John Steinbeck, Eugène Ionesco ou encore Jack Kerouac.

Machine à écrire vintage

Le développement de la machine à écrire électronique et l’arrivée de l’ordinateur

Par la suite, entre 1960 et 1970, les sociétés IBM et Olympia vont innover avec notamment les machines à écrire à frappe automatique ou encore les machines à écrire portatives. Et en 1986, la première machine à écrire électronique, qui permet notamment les corrections, va être lancée par Canon. Mais progressivement, les machines à écrire vont être remplacées par les ordinateurs. En effet, si la machine à écrire a longtemps été considérée comme pratique et intuitive, l’absence de possibilité de correction (avant la machine à écrire électronique) va être un véritable frein à sa pérennité. Cela explique notamment le triomphe de l’ordinateur considéré comme fonctionnel et accessible.

Aujourd’hui, les amateurs de vintage collectionnent encore les modèles de machines à écrire – souvent pour décorer leurs étagères, mais également pour revivre l’expérience de l’écriture sur ces machines d’un autre temps !Machine à écrire vintage

Alors si les machines à écrire vous émerveillent, n’hésitez pas à les chiner sur notre site lesvieilleschoses.com !

Tags : , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *