Laissez vos commentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Laissez-vous séduire par les jeux anciens d’Oplo Design

Aujourd’hui, sur lesvieilleschoses.com, nous vous proposons de partir à la rencontre de Pascal-Pierre, créateur d’Oplo Design qui redonne vie aux jeux anciens des estaminets du Nord de la France et de la Belgique.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et décrire votre activité ? 

Je m’appelle Pascal-Pierre et j’ai 50 ans. J’ai d’abord travaillé dans l’informatique mais depuis 2010, je suis artisan d’art. Je travaille à domicile, dans un atelier où je fabrique des jeux en bois mais aussi des stylos et des œuvres uniques fabriquées à partir de pièces et d’objets vintage.

La fabrication de jeux est une activité assez saisonnière, le gros des ventes s’effectue sur la période de noël.

La démarche écologique fait partie de mon travail. Je travaille principalement à partir de chutes de bois qui proviennent d’une scierie à quelques kilomètres de l’atelier. En fonction des disponibilités, ce sont donc souvent des jeux de taille variable possédant des détails qui les rendent uniques qui sortent de l’atelier.

Récemment j’ai commencé à produire des stylos billes en bois pour utiliser des chutes qui étaient trop petites pour en faire autre chose et quand c’est vraiment trop petit pour entrer dans la fabrication d’un stylo, le bois devient étiquette ou porte-clé ! Ce qui reste est conservé et finit dans le poêle qui sert à chauffer l’atelier.

Oplo Design

Un aperçu de l’atelier d’Oplo Design

Comment a débuté l’aventure OPLO DESIGN ?

Le travail du bois m’a toujours intéressé et lorsque le père d’un de mes amis qui était ébéniste ma proposé de reprendre son matériel lors de son départ en retraite, j’ai dit oui ! Je pense, avec le recul, que tout a commencé à ce moment-là, c’était bien avant la naissance d’OPLO DESIGN mais c’est grâce à ces machines que je me suis familiarisé avec le travail du bois et que quelques années plus tard, j’ai démarré mon activité.

L’aventure OPLO a démarré après un congé parental de deux ans pris à la naissance de ma fille. Après ce break, impossible pour moi de reprendre le chemin des bureaux et c’est donc aussi un peu comme ça qu’OPLO est né.

Quant à ma passion des jeux en bois, c’est un peu la région qui veut ça. Dans les Hauts-de-France, et plus particulièrement du côté des Flandres et chez nos voisins Belges, il y a de nombreux petits cafés-brasseries que l’on appelle ici des estaminets. Dans ces endroits très conviviaux on y trouve des jeux en bois mis à disposition de la clientèle. Qu’on y vienne pour y manger un morceau ou y boire un verre avec des amis, les jeux étant à disposition on y joue tout simplement.

Ces jeux sont aussi très présents dans les fêtes populaires en extérieur comme les kermesses par exemple. On y retrouve les mêmes jeux mais en version géante.

Ces jeux anciens ont des règles en général très simples mais paradoxalement cela ne signifie pas qu’il est facile d’y gagner, ils sont parfois même très difficiles si on a un adversaire à sa mesure. Ils sont très intéressants sur le plan ludique car ils peuvent être joués par des personnes de tous âges.

Réussir à réunir plusieurs générations autour d’un jeu est quelque chose de formidable. Une fois essayé, c’est adopté !

Quelles sont les sources d’inspiration principales qui vous permettent de recréer ces jeux anciens ?

L’inspiration est ici très limitée par le fait que des dizaines de jeux existent et ont fait leurs preuves.

Il m’arrive parfois d’en créer de toute pièce comme par exemple, le jeu du tourniquet mais la demande s’oriente principalement vers des jeux déjà existants.

Jeu du Tourniquet

Jeu du Tourniquet

Les gens découvrent les jeux dans un estaminet, à l’occasion d’une fête ou chez des amis et ensuite en achètent un pour prolonger le plaisir de jouer à la maison ou pour offrir.

Quel est votre jeu ancien préféré ? Pourquoi ?

Mon jeu préféré est le jeu des bâtonnets. Un jeu à la règle hyper simple mais très difficile et passionnant si l’adversaire est à votre mesure.

Le modèle disponible chez OPLO est une version modifiée : contrairement au modèle original, il existe deux épaisseurs de bâtonnets pour encore plus de combinaisons possibles qui corsent le suspens.

Bâtonnets

Jeu des Bâtonnets

Le Vintage est très à la mode depuis quelques années. A votre avis, pourquoi les générations actuelles sont-elles attirées par ces belles années et par l’image qu’elles véhiculent ?

Le vintage est désormais plus qu’une mode, c’est un véritable mouvement de fond qui s’est installé : tout a commencé en 2006-2007 et le phénomène ne fait que s’amplifier.

Pourquoi les jeunes générations sont-elles attirées par ces objets d’une autre époque ? Peut-être que ces objets font référence à une période où tout paraissait plus simple et plus solide, facilement réparable. A vrai dire, je ne comprends pas tout à fait pourquoi les jeunes générations trouvent tous ces objets formidables.

Je pense que c’est avant tout le look de ces objets qui attire et surtout une idéalisation de l’époque comme l’explique si bien Michel Serres dans son livre « C’était mieux avant » paru en août dernier.

Tous ces vieux objets ont de la personnalité, ils sont beaux et en plus, peuvent être démontés, réparés, ils ont été conçus dans cette optique.

Il y avait moins de produits d’importation, et surtout moins de produits tout court, le choix était beaucoup plus limité mais les produits duraient longtemps et surtout, le plus important, c’est qu’ils avaient le temps de s’installer dans nos vies et au fil du temps, on s’attachait à ces objets.

Aujourd’hui tout se ressemble et les modèles sont remplacés avant même d’avoir eu le temps de conquérir leur public. Tout va trop vite et est devenu un peu trop virtuel.

A l’époque il fallait 30 secondes pour composer un numéro de téléphone sur un cadran, mon premier ordinateur m’est arrivé en Kit, il a fallu que je le soude moi-même, et pour trouver des infos, il fallait chercher des heures en bibliothèque, l’internet n’existait pas ! Pour écouter de la musique en marchant il fallait un walkman, pour emporter sa musique dans la voiture il fallait des cassettes et l’autoradio auto-reverse capable de les lire…

Le smartphone a remplacé tout ça et ce n’est qu’un exemple.

Prendre le temps de faire les choses et savourer l’instant présent, je pense que c’est ce qui fait le succès des objets vintage. Comme par exemple appuyer sur le bouton de la platine disque, allumer l’ampli et attendre que les lampes chauffent, ouvrir le capot de la platine, sortir le 33 tours de sa pochette et le déposer sur le plateau. Sortir la brosse et nettoyer les poussières présentes sur le disque puis enfin saisir le bras et le déposer délicatement à l’endroit choisi pour écouter sa musique.

Pas de bouton morceau suivant, pas de pause, pas de notification, rien que la musique. Ça prend un temps fou mais c’est tellement plus agréable.

C’est quand même plus sympa que de tapoter deux ou trois fois sur un écran tactile et se fourrer deux machins en plastique dans les oreilles non ?

Je tiens à remercier Pascal-Pierre pour le temps qu’il nous a consacré et la passion avec laquelle il a répondu à nos questions ! On vous invite toutes et tous à retrouver ses jeux anciens sur Les Vieilles Choses.

Tags : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *