1 Commentaire Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Vinyl : immersion dans l’industrie musicale des années 70 !

Vinyl Sinestra

Bagnole clinquante et blouson de cuir, Ritchie Finestra, bouteille de whisky à la main, a le regard hagard et semble monstrueusement perturbé. Après s’être procuré 5 grammes de cocaïne auprès d’un dealer de rue, puis avoir garni sa narine droite d’un rail des plus massifs, Ritchie sort de sa berline. Bise au videur, il entre dans un club survolté, jonché de seringues et de drag queens affublées de costumes criards. Un couple copule dans un coin. Ritchie avance et parvient à 50 mètres de la scène. La foule est sur-excitée, les corps se balancent et gesticulent sur le son de Stranded In The Jungle, morceau que les New York Dolls interprètent avec passion sur scène. Les murs tremblent, le club transpire la vie, la joie, l’adrénaline. Le moment est électrique.

Dès les premières scènes de cette folle série, on comprend vite que l’aventure ne va pas être de tout repos pour son personnage principal. Il faut dire que niveau conneries, Ritchie Finestra, responsable de la division artistique d’un grand label musical New-Yorkais, n’en est pas à son coup d’essai. Le playboy est fougueux, un brin forcené, mais tout de même attachant, et c’est avec plaisir qu’on s’immerge dans l’histoire de ce type paumé, grand amateur de musique, d’alcool et de cocaïne.

Vinyl-TV-show-on-HBO-season-one

Si Ritchie vous paraît tout droit sorti d’un film de Martin Scorsese, ce n’est pas par hasard. En effet, le grand monsieur du cinéma américain, adepte des personnages perturbés et des films de gangsters, est à la co-production de cette série d’HBO dont la première saison vient à peine de se terminer. L’idée originale vient quant à elle de Mick Jager, mythique leader des Stones, également très impliqué dans la production de la série. Du beau monde donc. Mais le plus jouissif dans Vinyl, c’est l’ambiance. Classée dans le top des séries les plus chères à produire, HBO a pris la peine de recréer au détail près l’atmosphère des années 70 de la ville de New-York. Décoration, costumes, véhicules, look, tous les ingrédients sont présents pour offrir au spectateur une immersion totale. L’autre élément qui rend cette série si séduisante, c’est la musique. Elle est omniprésente, que ce soit au niveau de la bande originale ou de l’intrigue. Rock, blues, disco, folk, punk, hip-hop, tous les courants sont présents. On est happé dans le bouillon culturel du New-York des années 70, véritable plaque-tournante et haut lieu de pèlerinage pour la musique internationale. Au grès des épisodes, on retrouve de nombreuses figures de l’époque. De David Bowie à Alice Cooper, en passant par Bob Marley, Andy Wharol ou encore Elvis. Tous sont présents selon les souhaits de Mick Jager qui voulait, avec cette œuvre, immortaliser ces années « sex, drug and rock’ n’ roll’ » qui ont tant marqué le monde de la musique.

Fans de Vintage et de musique, on vous recommande donc chaudement cette folle série à l’atmosphère 100 % rétro. On vous laisse découvrir la bande-annonce :

Tags : , , , , ,

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *