Laissez vos commentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Solex : l’exception française

solex photo

Il est rare que l’énoncé d’un moyen de locomotion peu rapide, un rien disgracieux dégage sur le visage du commun des mortels un large sourire. Solex a ce pouvoir.

Affiche Solex

Ce drôle d’engin, créé en 1905 par Maurice Goudard (1881-1948) et Marcel Mennesson (1884-1976), tous les deux centraliens, fait partie intégrante du patrimoine français. Un moyen de locomotion qui ne ressemble à aucun autre, entre le vélo assisté (il faut pédaler dans les côtes) et la mobylette mais qui avait le mérite d’offrir une solution de mobilité peu onéreuse et facile d’entretien.

Deux copains, une entreprise de carburateurs.

Tout commença au début du siècle quand Goudard et Mennesson créent leur entreprise de fabrique de carburateurs pour l’automobile : Solex. Un nom court, de 5 lettres et 2 syllabes, euphonique, sans aucune signification et pouvant se prononcer dans toutes les langues…

VeloSolex Solexine

Les deux compères remportent en 1906 l’appel d’offres de la Compagnie générale des omnibus, ce qui représente quatre cents autobus à équiper de carburateurs centrifuges.

Un brevet pour un vélo avant-gardiste

Mobilisés sous les drapeaux, la société perdure néanmoins. En 1916, Marcel Mennesson fait une demande de brevet pour une bicyclette peu gourmande en énergie avec un moteur auxiliaire à explosion à loger au centre de la roue arrière.

VeloSolex

Le premier prototype est produit en décembre 1940. Les inventeurs annoncent une vitesse de 35km/h. Les caractéristiques sont celles du futur Solex : cylindrée de 38 cm , une transmission par galet, cylindre décalé par rapport à l’axe de la roue et le carburateur à niveau constant alimenté par une pompe à membrane avec retour du surplus de carburant vers le réservoir. Ce moteur est installé sur un vélo d’homme Alcyon à grandes roues de 700, couleur noir à filets blanc et rouge, c’est le premier modèle de VéloSoleX. Il sera produit en pré-séries en 1942.

Un succès fulgurant

La production et la mise en vente seront effectives au mois d’avril 1946. Le prix de vente, inferieur à un mois de salaire minimum, est de 13600 Francs. Et bien entendu grâce à sa faible consommation : « il ne coûte qu’un sou au kilomètre ! », argument décisif pour le public. Il est fabriqué dans une usine à Courbevoie à raison de 15 machines par jour.

Le service après-vente est exemplaire. Un réseau de stations-service Vélosolex maille le territoire français. Dans ces stations, on se ravitaille en Solexine, le carburant mis au point avec BP en 1947. Un mélange prédosé d’huile et d’essence vendu en bidon de 2L, idéal pour la longévité́ et la performance du moteur.

VeloSolex Solexine

En 1948, l’usine produit 25000 exemplaires et 36000 en 1949 ! 100 solex vendus par jour ! A partir de 1951, les modèles se perfectionnent et la production passe à 100 000 unités en 1953… Les premiers numéros de série apparaissent : 330, 660, 1010 ou encore 1400.

Les stars du cinéma l’adoptent

Pratique pour se faufiler, économe dans sa consommation, le Vélosolex séduit les jeunes, les travailleurs mais aussi les plus grandes stars de l’époque. Brigitte Bardot lui apportera aussi sa notoriété.

Solex Brigitte Bardot

En 1974, Renault puis Motobécane reprennent la marque Solex. En 1983, Motobécane est racheté par Yamaha, et devient MBK. En 1988, la production de Solex en France, à Saint-Quentin, s’arrête définitivement.

VeloSolex Joie des Jeunes

Un concept qui évolue vers l’électrique

En 2013, la société Easybike7, spécialisée dans les vélos à assistance électrique rachète la marque Solex et tous les modèles actuels. Easybike annonce qu’une partie de la production des vélos à assistance électrique est relocalisée en France à partir de 2014 dans un nouvel atelier situé à Saint-Lô dans la Manche. Le Solex devient électrique mais garde son style inimitable.

Côté achat, les Solex se négocient entre 300 et 800 euros suivant l’état. L’offre ne manque pas. Si pour vous, rouler de manière différente est un art de vivre alors roulez vintage avec le Solex !

Retrouvez une sélection de Solex, de pièces détachées, de produits dérivés et de vendeurs spécialisés sur le site Les Vieilles Choses

L’article d’Hector de www.lagazettedhector.fr vous plaît ? Lisez son blog et rejoignez- la sur Facebook  et Twitter

Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *