Laissez vos commentaires Voir tous les commentaires

Partager l'article

Retour

Le téléphone : objet culte depuis 140 ans

Le 14 février 1876, l’écossais Alexander Graham Bel dépose un brevet pour un système de transmission de la voix. Quelques heures plus tard, son compatriote Elisha Gray fait de même. Le téléphone est né !

Graham Bell invente le téléphone

Graham Belle

Graham Bell

L’histoire a retenu le 10 mars 1876 comme date pour la première transmission sur des fils électriques d’un message vocal. Elle est l’œuvre de Graham Bell qui réussit à transmettre jusqu’à une pièce située à un autre étage, où se tenait son assistant Thomas Watson, une phrase demeurée célèbre : « Monsieur Watson, venez ici, j’ai besoin de vous ! ». La portée est de 200 mètres.

Une bataille juridique s’engage alors entre Bell et Gray, compte tenu des enjeux industriels et économiques pressentis. Le tribunal donnera finalement raison à Bell.

Le 25 juin 1976, Bell fait une démonstration de son téléphone devant l’empereur Pedro II du Brésil lors de l’Exposition Universelle à Philadelphie. Le concept : grâce à un câble électrique, le courant électrique peut être transporté et la parole devient alors transmissible. A l’autre extrémité du câble, au niveau du récepteur, un dispositif identique au premier permet de reproduire la voix.

Le premier central téléphonique aux Etats-Unis s’ouvre à New Haven, en 1878, sous la licence Bell Telephone. En quelques années, les centraux téléphoniques s’ouvrent dans chaque ville principale du pays. Le 14 janvier 1879, Bell fait une démonstration du téléphone pour la Reine Victoria.

Un expert en appareil auditif

Le Mildé et le Sit

Le Mildé et le Sit

La mère et la femme d’Alexander Bell étaient sourdes, ce qui a sans nul doute encouragé Bell à consacrer sa vie à apprendre à parler aux sourds. Il était professeur de diction à l’université de Boston et un spécialiste de l’élocution.

Ses recherches sur l’audition et la parole l’ont conduit à construire des appareils auditifs, dont le couronnement aurait été le premier brevet pour un téléphone en 1876.

En  1880, Ader,  ingénieur Français, perfectionne le système de Bell. Ce téléphone était composé de trois éléments distincts : un microphone pour parler, situé derrière une planche de pin fixée sur le socle et deux écouteurs placés sur les côtés pour entendre l’interlocuteur.

En 1892, le Mildé apparaît comme le deuxième téléphone. Pour l’utiliser, il fallait appuyer 3 ou 4 fois sur le bouton d’appel et attendre la sonnerie, décrocher les deux récepteurs et les appliquer sur les oreilles pour entendre l’opératrice, donner à l’opératrice le nom et l’adresse de son correspondant et attendre qu’elle établisse la communication, puis parler très près de l’appareil.

Le Sit, autrement appelé « violon », est le premier téléphone à avoir une forme à visée esthétique. Sur les modèles précédents, les créateurs n’avaient pas cherché à rendre leur appareil agréable au regard. De plus, il est le premier téléphone à posséder la fonction « décrocher/raccrocher » grâce à son mécanisme.

Premier combiné téléphonique en 1910

Le Combiné Téléphonique

Le Combiné Téléphonique

En 1910, le téléphone Marty est le premier à proposer un combiné avec un microphone et un écouteur sur le même support. Il fallait actionner la manivelle sur le côté pour appeler l’opératrice, décrocher le combiné, Il était composé d’un récepteur pour écouter et d’un microphone pour parler.

Le premier téléphone à cadran en 1922

Mais au début du XXème siècle, la France connaît un retard flagrant qui se traduit par un énorme sous-équipement en matériel de communication et de transmission. En 1922, le sous-secrétaire d’Etat aux P.T.T. Paul Laffont réagit : « Il y a une crise du téléphone en France : il serait vain de la nier ou d’essayer d’en contester la gravité. Les réclamations du public, chaque jour plus nombreuses et plus insistantes, trouvent un écho dans la presse. Les usagers protestent notamment contre l’insuffisance des circuits internationaux qui rend illusoire l’emploi du téléphone avec la plupart des nations européennes, contre les attentes excessives opposées aux demandes de communications interurbaines, contre les défectuosités auditives, les coupures, les « pas libres », les sonneries intempestives. Si l’Etat est incapable d’exploiter le téléphone, qu’il passe la main à l’industrie privée. »

Le PTT 24

La privatisation du téléphone n’est pas acceptée, mais le mécontentement est tel qu’il faut prendre des dispositions législatives pour accélérer la modernisation du réseau et des raccordements. Cela se traduit par un équipement standardisé pour les abonnées, rompant ainsi avec les modèles de type artisanal que la clientèle a coutume de choisir.

L’administrative française des PTT ouvre en mai 1922, un concours est ouvert à tous les constructeurs afin d’imposer un poste type sur le réseau français. En 1924, un modèle type de poste destiné aux réseaux à batterie centrale et aux réseaux automatiques est adopté; il se nomme PTT 24. C’est le premier téléphone à cadran tournant à 10 chiffres (de 0 à 9) pour composer le numéro d’un correspondant.

Émergence du boîtier en bakélite en 1941

Le Téléphone en bakélite 1941Alors que tous les boîtiers étaient faits en bois, la bakélite, ce plastique extrêmement dur et résistant, devient la nouvelle norme. Ce poste Universel 1943 (U43), fabriqué en bakélite, a contribué à la démocratisation du téléphone en France. Son cahier des charges était ambitieux : être compatible avec les types de réseaux les plus courants, avoir un coût de fabrication faible afin de répondre à une forte demande, et être conçu avec des matériaux disponibles en raison de la pénurie de métaux en période de guerre. C’est la société Ericson qui le conçoit. Ils constituent aujourd’hui un accessoire de décoration très apprécié des collectionneurs.

Le S63, roi de la couleur

Le poste le plus largement fabriqué reste le S63. Son châssis et sa coque sont en plastique injecté. La première version est fabriquée en couleur grise. Il est par la suite décliné en bleu, marron, rouge et blanc. Le clavier à touches remplace le traditionnel cadran en 1980. Il facilite la composition des numéros.

Le S63

1990 : l’arrivée du téléphone sans fil

L’une des grandes avancées de la téléphonie est le sans fil. Les combinés n’ont plus besoin d’être reliés à un poste par un fil, les communications étant désormais transmises par ondes radio.

Émergence du téléphone portable en 2000

Enfin, le téléphone portable fait son apparition et envahit le milieu professionnel avant de séduire le grand public. Il évoluera en 2007 vers le smartphone décuplant ses possibilités: internet, SMS, MMS, GPS… Le toucher-glisser a remplacé le décrocher-raccrocher !

Le téléphone portable

Retrouvez Hector sur : www.lagazettedhector.fr

Facebook : www.facebook.com/lagazettedhector

Twitter : @gazettedhector

Tags : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *